Trafic aérien


Trafic aérien


Le trafic aérien est mauvais. C’est une mauvaise chose car le marché continue de croître sans qu’aucun programme de réduction des émissions n’ait été mis en œuvre jusqu’à présent.

Et les politiciens n’y accordent pas l’attention qu’il faudrait. Pourquoi les taxes sur le carburant automobile sont-elles plus élevées que les taxes sur le kérosène d’aviation ? En fait, ils ne reconnaissent même pas que les taxes sur les carburants ne sont pas du tout trop élevées – elles sont encore beaucoup trop faibles ! Alors que les taxes sur le kérosène, elles, ne sont qu’une blague.

Les incitations à construire de plus en plus de nouveaux aéroports régionaux constituent une autre erreur politique majeure. Les contribuables paient de l’argent, les compagnies aériennes le prennent et, au final, elles finissent souvent par aller ailleurs, l’aéroport est pratiquement vide et dévore sans cesse de l’argent.

Les compagnies aériennes servent des boissons et de la nourriture dans des contenants en plastique. En classe affaire et en première classe, elles utilisent de la porcelaine et du verre. Pourquoi pas en classe économique ? Pourquoi doivent-elles produire des tonnes de déchets chaque heure tout en produisant des émissions de dioxyde de carbone chaque seconde ?

Nous exigeons que les compagnies aériennes

  • Investissent dans le développement d’avions à propulsion électrique pour les vols courts.
  • Investissent dans le développement d’avions à hydrogène pour les vols moyen et long-courriers.
  • Investissent elles-mêmes dans la production d’hydrogène vert à partir de l’eau de mer et de sources d’énergie renouvelables ou concluent des contrats d’approvisionnement à long terme avec des développeurs.
  • Utilisent uniquement des emballages, des tasses, des assiettes et des couverts réutilisables sur tous les vols.

Nous exigeons que les constructeurs d’avions

  • Produisent des avions selon le principe de l’émission zéro et imposent à leurs fournisseurs à faire de même.
  • Convertissent complètement leur flotte en des avions à propulsion électrique ou à hydrogène dans les 5 à 10 prochaines années.

Nous exigeons que les aéroports

  • Investissent dans l’infrastructure de recharge des avions électriques.
  • Investissent dans l’infrastructure d’approvisionnement des avions en hydrogène.

Enfin et surtout, nous demandons aux consommateurs d’éviter le transport aérien et de privilégier le train chaque fois que cela est possible.


> Trafic automobile

> Nourriture

> Trafic aérien

> Navires de croisière

> Football

> Internet